top of page
  • Élodie

RENDRE À LA TERRE : ET SI ON COMPOSTAIT ?

Dernière mise à jour : 13 janv.


Nous vivons aujourd’hui dans une société où la surconsommation et le gaspillage sont malheureusement ancrés dans nos habitudes.

Sans vouloir jouer les moralisatrices, ce mode de vie se trouve être extrêmement néfatse pour notre environnement et notre santé.


Face aux dangers causés par ces abus, nombreux sont ceux qui tirent désormais la sonnette d’alarme, qu’ils s’agissent d’associations, de villes ou de particuliers qui ont pris le parti d’agir pour notre belle planète.


Si vous aussi vous avez envie de faire partie de ceux qui dans leur quotidien apportent leur pierre à l’édifice, cet article est pour vous !


Je vous livre ici mes quelques connaissances sur le compostage, cette pratique issue d’un procédé naturel et utilisée depuis l’invention de l’agriculture. Un sujet fort intéressant même si vous prétendez ne pas avoir la main verte !


Le compostage, quesako ? Avez-vous déjà remarqué lors d’une promenade en forêt ces petits amas de matière au sol formés par les feuilles en décomposition ?


C’est ce que l’on appelle l’humus.


Pour faire simple, l’humus se forme naturellement avec l’action de l’humidité, de l’oxygénation ambiante et des micro-organismes tels que les champignons et les bactéries.


Et puisque notre nature est cyclique, cet amas constituera par la suite un « terreau » qui permettra à de nouvelles espèces végétales de croître.


Bien que le compostage soit à l’origine un procédé 100% naturel, les choses sont bien plus complexes lorsqu’il s’agit des déchets issus de nos poubelles. Saviez-vous que 29% de nos poubelles sont composés de matières biodégradables donc compostables ?



En quoi consiste le compostage « fait maison » ?


Le compostage ménager ne peut être réalisé qu’à partir des restes organiques de notre quotidien :

  • Les déchets de cuisine : tels que les épluchures, les pelures et restes de fruits et légumes cuits ou crus, les coquilles d’œufs, le marc de café avec le filtre papier et certains aliments secs comme le pain, le riz, les pâtes sans sauce.

Attention, il est formellement déconseillé d’y mettre : les résidus de matières animales (viande, poisson) et les matières grasses (huiles, sauces, mayonnaise).

  • Les déchets de jardin : issus de l’élagage d’arbres, de la tonte de gazon, de feuilles mortes, de fleurs et plantes fanées.

Attention, il est formellement déconseillé d’y mettre : les plantes et feuillages malades.

  • Les déchets domestiques : comme la sciure et la cendre de bois, ou encore du papier journal déchiqueté.

Attention, il est formellement déconseillé d’y mettre : les cendres de barbecue si le bois utilisé n’est pas d’origine naturelle, les excréments d’animaux qui peuvent contenir des pathogènes comme la salmonelle, le bois traité.



Pourquoi composter ?

En plus d’être écologique et économique, faire du compost vous offre un mode de vie et d’alimentation plus sain.


En effet, ce simple geste écologique permettra à lui seul de réduire le volume de vos déchets ménagers, ce qui diminue les espaces occupés par les décharges et limite les incinérations. L’utilisation de sacs plastiques pour stocker les déchets sera elle aussi moindre face à une poubelle moins chargée.


Composter sera également bénéfique financièrement, ce qui vous évitera d’investir dans un terreau dont vous ne connaissez pas forcément l’origine, ni même la composition réelle.

Enfin, avec votre compost, vous aurez la garantie d’un sol plus fertile qui vous le rendra bien avec des productions de qualité.

Le fruit de votre compostage vous permettra alors de cultiver des fruits et légumes frais et pleins de nutriments. Il en résultera une alimentation saine dont vous maîtrisez la traçabilité et dont vous pourrez vous venter de consommer du producteur (vous-même !) à l’assiette.



Comment réussir son compost ?


De plus en plus répandu, le compostage est aujourd’hui ancré dans le quotidien de bon nombre d’entre nous, que vous ayez la main verte ou non.

  • Étape 1 : Choisir la méthode de compostage

Votre compost peut être réalisé en tas dans un coin de votre jardin pour ceux qui ont la chance d’en avoir un, en composteur individuel, normalement fourni gratuitement par le service environnement de votre mairie et de plus en plus en composteur collectif au coeur de votre ville.

  • Étape 2 : Sélectionner les produits à composter

Comme cité préalablement, vous pouvez intégrer à votre compost des matières organiques riches en azote et en carbone. Elles jouent un rôle essentiel dans lequel le processus de dégradation des déchets peut s’opérer.

  • Étape 3 : Bien implanter son composteur

Idéalement, votre composteur devra être placé dans un espace ensoleillé, bien aéré et de préférence à proximité d’un point d’eau.

  • Étape 4 : En prendre soin

Il est indispensable d’aérer et de brasser régulièrement la matière pour favoriser l’action des micro-organismes. Si le compost vous paraît sec, n’hésitez pas à l’arroser au besoin.


Notez que la patience sera la clé du succès de votre compostage. Car effectivement, pour obtenir un bon compost, il faut compter entre 3 et 5 mois avant la décomposition idéale.




Le compost peut aussi constituer une activité à pratiquer en famille. Petits et grands seront extrêmement fiers de pouvoir jardiner, cultiver et par la suite déguster des fruits et légumes goûteux et sains.


En compostant, vous vous rendez compte à quel point vous faites du bien à notre planète, à votre porte-monnaie, à votre corps et aussi à votre esprit de part cette sensation d’avoir accompli une belle et bonne action.


J’espère vous avoir convaincu à travers ces quelques lignes car vous êtes fins prêts à sauter le pas !



32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page